LE DÉLUGE

D’APRÈS LA BIBLE

CRÉATION DU COLLECTIF PAMPA

MISE EN SCÈNE D’ANTOINE SARRAZIN

COMPOSITIONS MUSICALES DE NICOLAS WORMS


Ce spectacle se présente d’emblée comme paradoxal : un dispositif minimal (1 comédien, 1 musicien, leurs instruments) pour évoquer l’une des histoires les plus épiques qu’aie imaginé l’Humanité : celle du Déluge par lequel Dieu fait périr tous les vivants à l’exception de Noé et des occupants de son arche.

 

Outre les résonances savoureuses que ce mythe trouve dans nombre de questionnements actuels (la fin du monde, l’écologie, le rapport aux animaux, la croyance religieuse), nous en explorons le potentiel comique et absurde, que renforce le décalage entre l’outrance des faits évoqués et la modestie des moyens que nous employons.

 

La richesse de ce mythe si évocateur nous sert de matières à inventer des situations où musique et théâtre se confondent et s’emportent l’un l’autre vers des développements inattendus, la musique pouvant tour à tour incarner le divin, les éléments déchaînés, la foule des animaux, ou tendre le fil de la narration. Surtout, elle permet dans son rapport au théâtre d’exprimer ce qui nous attire peut être le plus dans notre sujet : la confrontation entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, deux gouffres entre lesquels se retrouve Noé.